UN TOUR avec Anthony ABBASSE (5 titres de Champion de France)

(extrait de KARTMAG)

La ligne droite est assez longue, et en montée, mais il est assez difficile de dépasser au bout de celle-ci, car le premier virage à droite se prend assez vite. Il faut donner un bon coup de frein mais bref, pour réaccélérer tout de suite après afin de reprendre de la vitesse pour la descente qui suit. On peut aussi profiter du freinage pour graisser le moteur.

Il est déconseillé de prendre le vibreur extérieur en sortie.

Cette épingle à 180° paraît assez serrée, mais elle se prend en fait assez vite pour un virage de ce type.

Après le freinage, on peut plonger assez tôt à la corde, d'autant que la piste est un peu relevée à cet endroit et s'ouvre légèrement à la sortie. A l'accélération, on peut utiliser le vibreur extérieur pour reprendre de la vitesse car le circuit remonte ensuite.

Cette courbe n'est pas évidente car c'est un virage aveugle, qu'on ne voit pas entièrement en y entrant. En effet, on sort d'une petite cassure qui se prend à fond et il faut freiner juste après en être sorti. Il n'est ni facile de trouver la zone de freinage optimum, ni la bonne trajectoire. On a d'ailleurs souvent tendance à freiner trop tôt. A la sortie, il est important de prendre le vibreur extérieur, ça fait gagner des tours au moteur ! A noter que c'est un virage où on peut doubler en plongeant au freinage.

Ce virage succède à une belle descente que les moteurs apprécient pour prendre des tours. Cette courbe à gauche est très difficile car elle est en devers et on y arrive avec de la vitesse.

La trajectoire est hyper importante et il ne faut pas rater son point de corde, au risque de se retrouver facilement hors de la piste à la sortie. D'ailleurs, il faut déjà penser au virage suivant qui tourne à droite, donc ne pas se faire emporter vers l'extérieur en réaccélérant.

Cette longue courbe est une sorte de double droit qui succède à une petite cassure à droite, à l'issue de laquelle on a pris soin de bien se positionner à l'extérieur de la piste pour tracer ensuite une trajectoire la plus linéaire possible.

Ici, il faut plonger assez tard, quitte à sacrifier le premier droit, pour privilégier la réaccélération et la vitesse à la sortie du virage, car ce double droit commande un petit morceau de ligne droite.

Ce droit à 90° est difficile, car il se referme à la sortie. De plus, la piste remonte à la sortie du virage.

Heureusement, l'enrobé du circuit est agréable sur toute la longueur du tracé et offre un bon grip, ce qui permet de rentrer assez tôt après le freinage, puis d'essayer d'accélérer le plus tôt possible pour faire reprendre des tours au moteur.

Après la montée, on arrive dans l'escargot, qui est en fait une succession de virages, d'abord à gauche, puis à droite.

L'entrée de cette épingle est tout en courbe et on ne voit pas vraiment où il faut aller, ce qui est assez sympa. Il faut être sacrément fort pour freiner tous les tours au même endroit, tant on manque complètement de repères. L'idéal est de freiner assez tard pour reprendre le vibreur à la corde assez loin, de manière à bien se positionner pour le droit qui suit.

Ainsi, il faudra avoir fait attention de ne pas s'être laissé entraîner vers l'extérieur à la sortie du virage précédent, mais plutôt être ressorti au milieu du virage afin d'avoir eu le temps de se repositionner à l'extérieur pour attaquer cette longue courbe à gauche.

Le freinage, très léger d'ailleurs, y est très important, car il conditionne la partie rapide qui arrive. Ici, il faut éviter de sous-virer.

On attaque le dernier freinage avant la ligne droite du départ. C'est aussi ici qu'on trouve l'entrée des stands, la sortie de faisant au bout de la ligne droite.

Ce virage à 90° ne pose pas de problèmes et se prend à fond en optant pour une trajectoire linéaire, sans cassure.

A noter que c'est un circuit où il ne sert à rien de mettre une trop grande couronne pour prendre des tours, car c'est plutôt le couple et le mi-régime qui sont sollicités.